Retour sur le Brive Festival 2017

Le Brive Festival 2017 s’est achevé samedi dernier, l’occasion de revenir sur cette cuvée 2017 et ses temps forts. Nous étions présents sur place jeudi, vendredi et samedi, l’occasion de décerner nos coups de coeur.

 

  • Jeudi

Quoi de mieux pour ouvrir cette édition que la lauréate du tremplin 2016 ? Marjolaine Paitel a en effet eu la lourde tâche d’ouvrir ce cru 2017, l’occasion pour le public présent de découvrir cette artiste corréziene.

Imany a ensuite pris le relais avec des chansons de son répertoire, comme son tube Clap your hands, mais aussi quelques reprises, notamment Bang Bang de Nancy Sinatra.

La soirée s’est poursuivie avec Slimane, accompagnés d’un danseur et d’une danseuse. Beaucoup d’interaction avec le public, un public qui n’a pas hésité a faire la « Danse de la Victoire », le tube Paname repris par toute la foule a clôturé son passage sur le sable gaillard.

Mais la soirée n’était pas terminé, loin de là, quatre ans que son public l’attendait, Christophe Maé est revenu en Corrèze, avec son nouveau répertoire mais aussi des chansons plus anciennes comme On s’attache. Encore une fois le public a répondu présent, chants, danses et tapes dans les mains ont rythmé cette première soirée.

Notre coup de coeur : Sans doute l’un des moments les plus émouvants de la soirée, la reprise par Imany de Bohemian Rhapsody de Queen, l’émotion a envahi la plage du festival.

 

  • Vendredi

Deuxième soirée riche en émotions, dans tout les domaines.

Après l’ouverture assurée par Trois Cafés Gourmands, où le public n’a pas hésité à scander une phrase bien connu de quiconque passe ses weekends au Stadium, Arcadian a pris le relais pour nous emmener dans leur colocation, nous faisant tout partager y compris les SMS de rupture.

Pour poursuivre cette soirée très The Voice, Claudio Capéo accompagné bien sûr d’un accordéon et d’une belle bande de sales gosses dixit l’Alsacien. Un homme debout, plus qu’une chanson : un état d’esprit pour le chanteur, qu’il a parfaitement su transmettre au public venu en nombre.

Enfin il était attendu et il a été attendu malgré lui, M Pokora dont l’énergie a su faire oublier la longue interruption technique, pour le bonheur de ses jeunes fans, comme des plus âgés qui ont scandé à tue-tête toutes ses reprises de Cloclo. Un show monstrueux de part le matériel et la technique que cela nécessite, jeux de lumières ou encore effets pyro, malgré l’attente la prestation fut parfaitement réussie.

Notre coup de coeur : la coupure de courant, ou plutôt les techniciens qui se sont affairés à tout remettre en ordre au plus vite. Un problème électrique a en effet retardé le début du show de M Pokora de près d’une heure. Coup de chapeau donc aux organisateurs mais aussi aux techniciens, qui malgré quelques sifflets bien regrettables, nous ont permis de passer une soirée au point.

 

  • Samedi

Après la soirée The Voice du vendredi, samedi se voulait plus urbaine avec une ouverture assurée par Zaho, pour sa première venue sur le festival. La chanteuse a fait le show avec ses titres les plus connus comme C’est chelou, le public répondant présent.

Place ensuite à MHD…. très vite rejoint par Zaho, et oui, les deux artistes en ont profité pour chanter en duo Laissez-les kouma, de quoi préparer les festivalier à une ambiance de feu, la Champions League c’est aussi le 1-9.

Et le feu a sans aucun doute été mis par Soprano, le marseillais a littéralement retourné la plage du festival, autour de ses derniers tubes comme de chansons un peu plus anciennes. Le public a chanté, dansé, sauté ou encore tapé dans les mains, de l’énergie à n’en plus finir a envahi le festival.

 

Notre coup de coeur : Deux coups de coeur en fait, le premier car il tient de la madeleine de Proust en nous rappelant nos années lycées lorsque Zaho a entonné C’est Chelou. Le second, plus sérieux, pour Soprano et ses appels à la tolérance, au respect ou encore à la non-violence, des messages dont le monde entier a besoin.

 

  • Dimanche

Après une ouverture assurée par Clara Luciani, place au bleu partout avec Camille… et Brad Pitt, et non on ne parle pas de l’acteur mais du chien de la chanteuse qui s’est invité sur scène.

Place ensuite à un habitué, après 2012 et 2015, Julien Doré est de retour sur le sable gaillard, autant dire que le public déjà conquis n’a pas tardé à sombrer dans l’ambiance Coco Câline, mention spécial au panda qui l’accompagnait.

Enfin M et Lamomali ont clôturé cette soirée en jouant les prolongations de quoi faire encore plus plaisir au public venu nombreux.

 

  • Lundi

Dernière soirée de concert ouverte par les toulousains Big Flo et Oli avant un (autre) habitué du festival : Black M, sous le regard conquis des 4000 festivaliers présents.

Mome et Offenbach ont ensuite clôturé cette dernière soirée.

 

  • Bilan

Pour la première édition sortie du giron de l’office de tourisme et désormais porté par Festival Productions, l’examen de passage est plus que réussie avec près de 33 000 personnes sur les cinq soirées de concerts.

Malgré le couac du vendredi, tout s’est bien passé, point noir l’an dernier, le problème des files d’attentes aux bars a connu une amélioration notamment grâce au système Cashless.

Rendez-vous maintenant en 2018, le festival fêtera sa 15ème édition, en attendant faites comme nous : imagines les artistes que vous aimeriez voir l’an prochain.

 

Et pour voir ou revoir les meilleurs moments, rendez-vous ici, par là ou encore là-bas.

 

 

 

 

Partagez !

Commentaires